56944On me reproche quelquefois, encore dimanche dernier sur France 3, ma désaffection pour les réseaux sociaux. Plus exactement, on ne me le reproche pas, mais on me fait observer un peu ironiquement cette absence, qui pourrait rimer avec passéiste.

Tout d’abord sachez qu’avec 3 enfants, certes, adultes, j’entends souvent le refrain « papa t’es plus dans le coup » à la maison.

De quoi s’agit-il en fait, essentiellement « d’être » sur Facebook,. Je crois savoir que Twitter a perdu de ses lettres de noblesse car, de caractères limités et donc d’expression encore plus sibylline que Facebook.

Je n’ai pas le tempérament à m’interroger tous les matins en me rasant, ni à publier des photos pourtant nombreuses des manifestations auxquelles j’assiste et de l’entourage qui était présent.

Ce n’est pas l’outil que je conteste, c’est l’utilisation qu’en ont fait des hommes et des femmes pour dévoiler des pans de leur vie privée, faire croire qu’ils rendent compte de leurs activités, qu’ils participent à un débat hautement intellectuel, alors que la plupart du temps, ils se mettent en scène.

En fait, ce réseau social privé a été envahi par les politiques pour leur utilisation à des fins souvent partisanes. On dit que c’est ainsi que Barack Obama a gagné son élection aux États-Unis. Soit… Que Facebook permette de relayer des informations, des dates de manifestations, d’événements, d’horaires, de lieux… C’est en cela un formidable outil de diffusion d’informations au plus grand nombre. Mais Facebook peut être aussi un redoutable ennemi pour les enfants, mais pas seulement.

Il y a quelque temps j’ai été moi-même victime d’une usurpation d’identité pour un profil portant mon nom.

Un compte Facebook ne peut être que personnel et doit être suivi en temps réel par son titulaire. Je n’en ai malheureusement pas le temps.

Il y a des personnes, des évènements, des réflexions que j’ai envie de « liker ». Mon blog, personnel me permet de m’exprimer à mon rythme sur les sujets de mon choix, de les traiter de manière légère ou profonde et je me retrouve mieux dans cet outil que dans Facebook.

Est-ce que cette posture rend difficile mes échanges avec les Annéciens ? Non, je ne le crois pas, de nombreux outils de proximité sont mis à disposition et un échange humain vaut mieux que tous les échanges sur la toile, de surcroit quelquefois affublés d’un pseudo…

Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et peut être viendrai-je plaider dans quelque temps du bon usage personnel que je ferai de Facebook…