1452605_3_7d10_gabriel-monnet-devait-se-produire-jeudi-et

 

 

 

 

 

 

(photo lemonde.fr)

 

Lundi 6 octobre, nous avons dénommé la nouvelle salle de création de Bonlieu Scène Nationale « Gabriel Monnet ». 

Acteur, metteur en scène, directeur de théâtre, poète, artisan pionner de la décentralisation théâtrale et culturelle en France, Gaby Monnet nous a quitté le 12 décembre 2010, dans sa 90ème année.

Ce Citoyen d’Honneur de la Ville d’Annecy était un militant, un homme de conviction et de courage dont la vie a été intimement liée au développement de la vie culturelle d’Annecy dans la période d’après-guerre.

Si son parcours l’a conduit d’Annecy aux centres dramatiques de Bourges, de Nice puis de Grenoble, Annecy fut la ville, où avec de maigres moyens, il fit ses premières armes : d’animateur, notamment au sein de Peuple et Culture, de comédien au sein des Escholliers, de chef de troupe avec la compagnie « Yaniléo » aux Marquisats (avec Yves Mairot), puis de metteur en scène, dans le cadre des Nuits théâtrales du château, par exemple.

Son départ d’Annecy fut, pour lui, une déchirure, mais il restera fidèle jusqu’au bout à ses amis, revenant y jouer de nombreuses fois, notamment, en 1981, avec Georges Lavaudant pour l’inauguration du Centre d’Action Culturelle de Bonlieu.

Il nous laisse un héritage important et d’une très grande richesse, des citations sur sa vision culturelle, sa vision théâtrale, mais ce qui m’a, personnellement, le plus touché est son expression et son regard sur notre société :

« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas, mais sa tâche est peut-être plus grande : elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. »