violencesfemmes

Je condamne sans restriction, sans l’ombre d’une hésitation, le comportement du mari de Jacqueline Sauvage violent pendant des années avec sa femme et imposant des relations incestueuses à ses filles.

Je comprends et partage sur le plan humain, cet élan populaire s’insurgeant contre son maintien en prison.

Un bémol cependant…

Nous sommes dans un état de droit qui n’autorise pas que l’on se fasse justice soi-même. Aux yeux de la Justice, la peine de 10 ans d’emprisonnement trouve-là tout son sens.

La décision du Président de la République de gracier  Jacqueline Sauvage trouve-là également tout son sens.

Et si je ne retiens pas les raisons avancées pour expliquer son maintien en détention, je considère cependant qu’il ne faut pas donner le signal « d’un permis de tuer » qui pourrait faire référence dans des circonstances moins évidentes.

La violence physique faite aux femmes est bouleversante, révoltante et indigne. Mais la violence psychologique, celle qui ne laisse pas de traces physiques ? Elle existe plus souvent que l’on croit …mais elle est plus difficile à démontrer !

Il ne faudrait pas que la médiatisation de cette situation se retourne contre les femmes…