fausse-bonne-idee-2

L’opposition socialiste au conseil municipal me fustige, réunion après réunion, conseil municipal après conseil municipal, sur le fait qu’Annecy ne dispose pas d’une maison des associations.

 Si pendant longtemps, mes réponses ont été laconiques, peu étayées, j’ai été piqué au vif par une des colistières du groupe socialiste au conseil municipal, affirmant que « la plupart des villes de notre taille, étaient dotées d’une maison des associations ». J’ai donc entrepris des recherches. Si je m’en réfère au réseau national des maisons des associations, 4 villes entre 50.000 et 60.000 habitants disposent d’un tel équipement sur 32 villes de la même strate !

Cette première correction ne ferme pas le débat, mais ne permet pas de stigmatiser l’exception « Annecy ».

Nous avons toujours privilégié d’installer les associations au plus près de leur lieu de pratique dans la mesure du possible.

Nous mettons aujourd’hui, à la disposition des associations, 22.000m² de locaux, sans compter l’occupation des écoles, ni les lieux de pratiques sportives ! Cela représenterait un immeuble de 22 étages si tout était concentré !

C’est donc bien plus qu’une maison qui est offerte aux associations !

Il n’existe pas de modèle de gestion figée et idéale des maisons des associations, qui sont souvent des associations elles-mêmes à part entière. Dans les villes qui en sont dotées, cette structure est souvent en grande partie financée par la collectivité locale, ce qui pose la question des services proposés qui ne profitent pas à tout le tissu associatif de la ville.

De surcroît, ces services dédiés ont évidemment un coût qu’il s’agisse de personnels, de charges, d’entretien, de locations…

qui paierait ? Les contribuables ? Les associations ?

Je suis évidemment ouvert à examiner toutes les propositions, y compris celles de l’opposition, mais la maison des associations est actuellement à mes yeux une fausse bonne idée.