lactu-en-patates-orthographe

La semaine de la francophonie et de la langue française se déroule du 12 au 20 mars pour sa 21ème édition.

La défense de la langue française est très largement opposée, de manière frontale à la langue anglaise et plus spécialement aux « anglicismes » dont on saupoudre allègrement le français pour donner une tonalité « branchée ».

Au-delà, nous sommes les propres fossoyeurs de notre langue qui est pourtant un facteur fondamental de nos racines, de notre culture et le passeport de notre unité.

Le français se décline sous trois formes : l’oral, l’écriture, la lecture. C’est une vraie chance d’avoir eu le goût formé à la lecture, car il permet non seulement d’acquérir des connaissances, mais aussi de participer à la facilité d’élocution, à la richesse du vocabulaire. La lecture permet en outre une meilleure orthographe.

Une mauvaise orthographe… tout le monde s’en plaint. Oh ! Je suis loin d’être irréprochable dans ce domaine, mais je m’efforce de me relire et j’ai acquis les bases incontournables de la conjugaison avec l’auxiliaire être et avoir.

Or, l’écriture reste un mode de communication social très important. Il en est d’une candidature à un emploi, d’une démarche administrative, d’une sollicitation… Tel candidat sera vite repéré par la qualité de son écriture et le soin apporté à son orthographe, tandis qu’un autre sera éliminé.

Il nous revient en tant que parents de ne pas céder au diktat des mails et des SMS sous peine de voir une partie de notre civilisation et non la moindre, sombrer avec d’autres valeurs.