Attention-a-la-massue

Mes adversaires et mes amis redoublent d’ingéniosité pour dénoncer exagérément les politiques suivies dans presque tous les domaines de compétence de la Ville.

Rien ne trouve grâce à leurs yeux. Mes adversaires parce qu’ils sont dans l’opposition et mes amis au nom du principe qui « aime bien, châtie bien »…

Sur les trois groupes d’opposition au conseil municipal, deux groupes sont mono-produits et le Président du groupe socialiste engrange le bénéfice du seul opposant sur l’ensemble des politiques menées.

Dans un de ses derniers blogs, il nous expose doctement sa vision de la politique sportive avec un ton condescendant, une omniscience et une posture de vieux sage qui m’a, je l’avoue, un peu agacé.

 Or, s’il est un domaine où les élus qui se sont succédés ont toujours mené une politique très consensuelle en faveur des jeunes, des pratiquants et des clubs c’est bien celui du sport.

C’est même une politique qui est souvent saluée sur le plan national.

Avec ses deux stades, dont un avec une piste d’athlétisme homologuée pour l’accueil de compétitions internationales pouvant recevoir des rencontres de ligue 1 de football et des matches de CFA 2, des matches de rugby, Annecy offre de surcroît aux associations sportives annéciennes, près de 50 équipements dont 7 gymnases municipaux, 3 gymnases communautaires situés sur son territoire, 8 terrains de grands jeux, 1 stade d’athlétisme complet avec sa piste d’échauffement, une salle polyvalente avec spectateurs, des tennis en plein air en terre battue et des tennis couverts, 1 boulodrome, 1 centre équestre, une aire de tir à l’arc, 2 salles de boxe, des salles spécialisées, 1 base nautique, 2 piscines, 1 patinoire, 1 bowl et une aire de street…

L’engouement pour la pratique sportive à Annecy, repose sur la richesse de l’offre, quatre-vingt disciplines différentes peuvent être pratiquées. 105 clubs annéciens utilisent des installations sportives municipales et communautaires et plus de 20 000 adhérents dans les 84 clubs subventionnés annéciens !

Et encore, je ne parle pas de l’importante pratique libre, hors associations, utilisatrices des équipements d’accès libre et de l’environnement naturel…

Est-on « dans une politique, extrémiste à chaque étape, du rien puis tout, puis rien » ? Non, bien évidemment.

Va t-on créer un grand dojo qui servira uniquement pour le judo ? Non.

Voilà, il y aurait encore beaucoup d’éléments à apporter pour démontrer les contre-vérités écrites ici ou là.

La « cohérence » c’est tout simplement apprécier la situation telle qu’elle est, sans vouloir parce qu’on est dans l’opposition, se poser en donneur de leçon et dénigrer ce qui fait partie de l’ADN d’Annecy.