Mes amis me l’ont dit, surtout ne reparles pas de cette affaire : tu t’es exprimé dans la presse, ça suffit !

Oui, mais qu’est ce que vous voulez je ne suis pas toujours raisonnable, au sens propre de ce mot. Je veux bien assumer mes « conneries » mais pas celles que je n’ai pas faites.

De quoi s’agit-il ? Monsieur DUPERTHUY écrit :

1°) « que jamais les élus locaux n’ont pu avoir accès au détail des comptes (des J.O) malgré leurs demandes répétées ».

FAUX : le sujet des JO a été de tous les Conseils Municipaux durant cette période mais pour aller à l’essentiel, j’ai par lettre en date du 14 décembre 2011, transmis à l’ensemble du Conseil Municipal les documents définitifs des comptes du GIP d’Annecy avec le rapport du Commissaire au Compte. Cet envoi a suivi la délibération du Conseil Municipal de la séance du 12 décembre 2011 consacrée au GIP Annecy 2018 pour prendre connaissance des comptes et préparer la dissolution du GIP !

2°) il indique que compte-tenu des liens entre Monsieur Beigbeder alors Président du GIP de la Candidature d’Annecy 2018 et Bygmalion, il y a eu forcément surfacturation.

FAUX : J’ai personnellement téléphoné à Charles Beigbeder qui m’a indiqué qu’à aucun moment l’agence Bygmalion n’avait travaillé pour le compte des JO d’Annecy. Je rappelle que l’agence de communication retenue était Havas. J’ai également téléphoné au Responsable de cette agence, qui m’a confirmé que Bygmalion n’était jamais intervenu pour une mission de communication.

3°) Monsieur DUPERTHUY cite le chiffre de 30 millions d’Euros qui serait le montant des dépenses supporté par les contribuables.

FAUX : compte-tenu des financements privés : la participation financière des organismes publics (Etat, Collectivités Territoriales) a été de 13,3 millions soit 1,5 million pour la Ville d’Annecy ! (cf délibération du Conseil Municipal du 12 décembre 2011).

En fait, Monsieur DUPERTHUY connait bien la réalité des choses et le rappel de ce que je viens d’écrire. Il est jeune et sa mémoire ne peut le trahir. Il essaye, comme d’autres, de faire « un coup » quitte à traîner la ville d’Annecy, celle qu’il aime tant soi-disant, sur une voie de mauvaise réputation, dans les limbes de la surfacturation et de la corruption sous-entendues…

Cette méthode est inacceptable.

On ne peut pas dire que la nouvelle génération politique fasse mieux dans le domaine que les précédentes !