outrage-300x225[1]

L’outrage, c’est bien sûr, le déversement de lisier sur le Pâquier le 2 juillet dernier par des manifestants contre les installations illégales des gens du voyage sur des terrains en Haute-Savoie.

Je comprends bien que parce qu’il est un sanctuaire, l’occupation du Pâquier est l’arme suprême pour tous ceux qui portent des revendications. Mais jamais, il n’avait été souillé de la sorte.

Ayant porté plainte contre X, cette affaire est aujourd’hui entre les mains de la justice, mais le préjudice pour les Annéciens demeure.

L’outrage, c’est aussi celui d’un internaute sur Facebook à mon égard, dans une discussion concernant la mise en place d’un écran géant sur le Pâquier à l’occasion des quarts de finale de la Coupe du Monde :   « la mère du Maire est une pute » !. Si j’ai l’habitude d’être vilipendé pour mon action ou mon inaction, cette insulte est une offense qui atteint ma vie privée, ma vie personnelle, mon intime.

On ne peut pas retenir la libre expression, ni l’irresponsabilité, ni la maîtrise du propos.

Je n’ai pas porté plainte, car je différencie mon devoir d’élu pour défendre la ville et les Annéciens et, malgré toute ma colère, la défense de mes intérêts familiaux.