vision1Le regard porté par un élu est évidemment différent de celui d’un simple citoyen. J’entends déjà les commentaires que peut engendrer cette affirmation. Et pourtant… un élu a une vue d’ensemble de sa mission, du territoire qu’il doit gérer avec ses impératifs, ses contradictions, ses spécificités. Un citoyen, même en lui prêtant toute la bonne volonté d’une posture collective, ne peut pas se projeter dans une configuration à multiple données, à multiple enjeux et à multiple finalités. Plus qu’une affirmation c’est une constatation.

La formule « un président normal » est évidemment une imposture, un slogan bancroche*. Naïveté du débutant ? il faut se garder de faire croire que les rôles puissent être interchangeables.

Que l’on me comprenne bien, il ne s’agit en aucun cas de donner aux élus des droits supérieurs à ceux des citoyens. L’élu se doit en effet d’être encore plus exigeant avec lui-même et si possible avec ses proches. Seule l’autorité, la compétence souvent l’expérience et enfin l’humilité permettent que les citoyens se reconnaissent dans leurs élus.

L’humilité c’est aussi de ne pas crier victoire avant de livrer la bataille. Une élection n’est jamais gagnée et il serait dommage de démobiliser avant l’heure, toutes celles et ceux qui veulent adhérer à un projet par des babillages qui flattent l’égo momentanément mais à coup sûr dessert le candidat.