76529156Non, M. FILLON, vous n’aviez pas le droit de mettre sur un même pied d’égalité votre possible vote entre le parti Socialiste et le Front National !

Vous qui avez été le Premier Ministre de la France, habitué à maîtriser votre expression, vous vers qui une partie de l’électorat de la droite modérée portait ses espoirs, vous n’aviez pas le droit de vous fourvoyer dans une stratégie au demeurant perdue d’avance.

Je comprends ceux qui, par désespoir d’une situation économique très difficile, se réfugient derrière un programme qui nie toute réalité :

la fermeture des frontières, la disparition de l’Europe, le renvoi de France des étrangers qui s’y trouvent… toutes ces affirmations péremptoires, simplistes, formulées pour celles et ceux qui ont besoin de l’entendre,… et puis, le rejet de la différence de l’autre, l’autorité morale revue et corrigée et bien d’autres choses encore… à ceux qui ont besoin de l’entendre je peux le pardonner.

Mais vous, M. FILLON qui, je le sais, ne partagez pas les idées du Front National, vous n’aviez pas le droit, compte tenu du rayonnement de votre autorité, laisser entendre que c’est possible…

Votre posture M. FILLON n’est pas une ambiguïté, n’est pas un dérapage non, c’est une faute .