Panem et Circenses

Les Français n’aiment pas parler de leur argent, leurs revenus et de leurs biens. Je suis à l’image de tous les Français. Ce déballage de printemps a des airs d’inquisition qui apparaît aux yeux de beaucoup d’élus comme insupportable.

Pour moi cela relève de l’arbitraire : de ce que j’ai construit avant d’être élu et que j’aurais continué à construire de toute manière. Mon salaire à la SNCF me le permettait.

Mais comme je fais partie des suspects et que je serai condamné si je refuse de répondre, alors je cède et vous livre ci-dessous ce que je considère comme de l’intime.

- J’ai acheté en 1998 une maison (2. 000.000 francs soit à peu près 300 000 euros) à Annecy que je continue de payer chaque mois .

- J’ai deux autos (1 Renault Espace et une Peugeot 106), une moto Suzuki  et trois vélos (route, VTT et ville).

- je cotise 100 euros par mois sur un compte assurance-vie

- Je n’ai aucun placement particulier sur un compte bancaire, ayant la chance d’avoir à charge des enfants qui continuent leurs études.

Au fait, j’ai oublié de déclarer quelque chose de très précieux : ma famille !. J’ai aussi un patrimoine que je n’ai pas déclaré, mon patrimoine génétique, culturel et social. Et oui, les vraies richesses ne sont pas seulement matérielles. Peut-être qu’un jour on nous demandera aussi de publier notre arbre généalogique pour vérifier les antécédents de nos ascendants… !. En attendant, du pain et des jeux de cirque suffiront-ils à calmer l’ire populaire, la suspicion et la raillerie sur tous les escrocs potentiels désignés que sont les élus aujourd’hui ?