imgres

Différentes communications, dans lesquelles je me suis exprimé, ont quelque peu chagriné les élus et les populations concernés.

Je tiens à rappeler que mon enthousiasme d’aller vers une commune nouvelle, parce qu’on ne plaide pas sans enthousiasme, ne doit pas masquer les conditions prioritaires, j’allais dire fondamentales, que nous devons remplir pour atteindre cet objectif.

Tout d’abord, il faut que les élus des 13 communes adhérent à ce projet et que majoritairement leurs Conseils Municipaux expriment également leur accord. Nous devrons impérativement organiser des Etats Généraux en direction des populations du territoire actuel de l’agglomération annécienne afin de leur faire partager le bien-fondé de cette métamorphose qui garantit la pérennité du service public, la poursuite des équipements stratégiques dont notre territoire a besoin.

Aujourd’hui, l’adhésion des 13 Maires n’est pas encore acquise à l’unanimité.

Après discussions, échanges, réunions, partages, dans un temps relativement court, trois possibilités vont s’ouvrir à nous :

1ère hypothèse :

Nous n’arrivons pas à convaincre suffisamment de nos collègues pour aller plus avant vers une destinée commune et unique : nous devrons renoncer alors à cette perspective et renoncer par là même à un maintien des dotations d’état (puisque cette commune nouvelle doit être effective avant le 1er janvier 2016).

2ème hypothèse :

Seules une ou deux communes mettent leur veto et ne désirent pas participer à cette commune nouvelle. Il est possible alors d’imaginer que les intéressées quittent la Communauté d’Agglomération d’Annecy et que à 11 ou à 12, nous réalisions dans les conditions précisées précédemment la commune nouvelle.

3ème hypothèse :

Nous arrivons à une adhésion unanime des 13 Maires et nous devrons poursuivre auprès des Conseils Municipaux puis de la population, notre campagne d’explication et au fur et à mesure, étayer de précisions sur les conséquences et les avantages de notre fusion.

 Nous serons attentifs au maintien de l’identité de chaque commune, et des besoins de proximité à garder si chacun peut comprendre les bénéfices de cet enjeu en direction des citoyens il reste des écueils importants à surmonter tel notamment l’unicité des taux d’imposition. Cette mesure pourra s’étaler sur 12 ans. Concrètement, certaines communes verront leurs impôts augmenter de manière progressive, d’autres les verront baisser de manière progressive.

 Je suis conscient qu’il s’agit d’un traumatisme, d’un choc, pour les citoyens et les élus qui peuvent avoir l’impression d’abandonner l’identité de leur commune. Ce ressenti est humain, mais qu’ils me permettent de leur rappeler que des quartiers ou hameau préservent aujourd’hui au sein d’une même commune leur identité, leur passé, leurs traditions.

Aujourd’hui, notre page est blanche. Elle peut le rester. Nous pouvons aussi écrire la page d’histoire que liront nos enfants et petits-enfants.