h-4-1021283

Mon attachement viscéral, au principe de la laïcité, qui est le ciment indispensable de notre bien vivre ensemble, ne saurait être remise en cause par les quelques lignes qui vont suivre.

Je ne peux en effet passer sous silence le sens de la première interview du Pape François. A vrai dire je désespérais un peu, et je pense que la grande partie de la communauté catholique avec moi, de l’absence de réponses papales aux hommes et aux femmes qui s’étaient écartés du strict respect des principes Fondateurs des Évangiles.

Nous ne demandions qu’un signe, un signe de miséricorde, de compréhension, de lien entre le pêcheur et le confesseur. Le Pape en invitant à « accompagner » les personnes qui se sont mises en rupture avec certains principes moraux de l’église, vient de tendre la main à toutes celles et tous ceux qui en ont besoin.

Je m’en réjouis pour l’ensemble de la communauté et pour l’église catholique qui va retrouver moult* fidèles jusqu’ici désemparés et qui s’étaient éloignés de la foi.

Déjà rappelons-nous la célèbre phrase prononcée par le Pape au sujet des homosexuels : « qui suis-je pour juger ? » Oui qui sommes-nous pour juger ? je souhaiterais que beaucoup s’inspirent de cette humilité.