iPhone5

 

A peine une réflexion est-elle émise, qu’elle se traduit comme une orientation et souvent comme une affirmation. La communication instantanée et mal maîtrisée conduit à des situations ubuesques où le citoyen lambda que je suis, n’arrive plus à suivre les méandres de la politique gouvernementale.

C’est ainsi, qu’aujourd’hui, on ne sait plus avec exactitude quels seront les produits d’épargne des Français qui seront taxés et s’ils le seront avec effet rétroactif.

Un mot sur cette rétroactivité, qui a toujours été pour moi une profonde injustice : on fixe des règles, on les publie, puis on les remet en cause.

Pour moi la loi doit traiter de l’avenir, pas régir le passé.

La République organisée autour de références, qui par définition, doivent être intangibles, garantes de la liberté et s’appliquant à tous, ne doit pas souffrir de soupçon. La rétroactivité bafoue tous ces principes qui constituent notre socle de sécurité de confiance et d’espoirs. C’est une bien vilaine manière que la rétroactivité !

Pour revenir au début de mes propos, sur les billevesées* de la communication il faut maintenant aussi se méfier des outils de transmission de plus en plus sophistiqués sur le plan technologique, que nous utilisons au quotidien et qui permettent une écoute sans doute nationale, mais en tout état de cause internationale comme cela vient d’être révélée par les écoutes de la NSA.

Ces deux exemples montrent l’insécurité individuelle dans laquelle nous évoluons. Il nous reste quand même les soirées en famille, les rencontres avec les copains, les balades à vélo… bref, il nous reste à renouer des rapports humains autrement que derrière un écran !