Au milieu des critiques nombreuses dont je peux faire l’objet de la part des oppositions, il en est une qui revient régulièrement, la trop grande ambition des projets que je porte.

J’assume ces critiques.

Un territoire ne peut avancer que si ses objectifs sont ambitieux.

En obtenant pour la troisième fois (en 1959 et le Contre La Montre en 2009), une étape du Tour de France, je poursuis ce parcours d’exigence pour notre territoire.

Tous les Maires de France militent pour l’organisation d’un tel événement de dimension mondiale sur leur commune dont je rappelle que le principal critère d’attribution est la beauté du site et la capacité à organiser cette épreuve.

Quelques chiffres :

- 198 coureurs

- 2 300 photographes et journalistes

- images diffusées par 100 chaînes de télévision dans 190 pays

- 12 millions de spectateurs

- 1 400 lits réservés chaque jour pour l’organisation et les groupes sportifs

- 3,5 Milliards (oui, vous avez bien lu) de téléspectateurs dans le Monde.

Le Contre la Montre de 2009 a permis à notre région, en 2010, 2011 et 2012, d’avoir une fréquentation de touristes, notamment étrangers, supérieure aux années précédentes et en cette période de crise, c’est un petit exploit !

En me relisant, je m’aperçois que je n’ai pas évoqué le plaisir sportif, l’engouement suscité par cette manifestation gratuite pour les spectateurs ; peut-être parce que dans notre course à la justification de la rentabilité des investissements on finit par oublier le plus important (parce qu’humain), qui n’est pas chiffrable : l’émotion suscitée par ce spectacle.